Valoriser l’innovation des collectivités

Les communicants publics et responsables des collectivités de Nouvelle-Aquitaine peuvent aider leur collectivité à valoriser ses initiatives en participant au concours de l’innovation du 4ème Sélaq, salon locaux des élus d’Aquitaine. Le Sélaq se déroulera les 2 et 3 novembre au palais des congrès de Bordeaux. Nouveauté 2016 : le concours est aussi ouvert aux entreprises et institutions.

Cinq catégories sont proposées : numérique, environnement, solidarité et santé, modernisation de l’action publique, Europe et international. Participer au concours de l’innovation permet de prouver que l’action publique peut être efficace et innovante en s’appuyant sur l’implication et la créativité des agents au service des usagers

Pour participer : cliquez.

Université d’été pour le monde d’après

Lost in transition ?

Rendez-vous à Bordeaux, 29 et 30 août

La 14e université de la communication pour le développement durable se tiendra à Bordeaux, les 29 et 30 août 2016. La première journée en est ouverte à tous, sur simple inscription.

Cette édition entame une nouvelle séquence de démarche coopérative sur deux ans sur la question Lost in transition ? Elle s’articulera autour des expériences et des initiatives qui se mettent en place dans le cadre des transitions énergétiques, écologiques, numériques… afin de définir des repères et des démarches d’accélération.

Le poids de la filière communication dans la nouvelle région Aquitaine

Apacom Observatoire Couverture

Résultats 2015.

Le Baromètre des métiers de la communication réalisé périodiquement par L’APACOM sera présenté jeudi 7 avril (pour s’inscrire : inscription) dans les locaux du conseil régional Aquitaine – Limousin – Poitou-Charentes qui co-finance l’étude. La grande nouveauté, cette année, est que le périmètre en a été étendu à celui de la nouvelle région. Elle est fondée à la fois sur une étude statistiques des données des entreprises et un questionnaire mené auprès des professionnels. Les premiers résultats montrent que la filière communication constitue un élément plus important que nous-mêmes le pensions dans le mix-économique de la nouvelle Aquitaine, tant par ses effectifs supérieurs à 8 000 personnes (je présenterai ultérieurement plus en détail les résultats) que par le nombre de ses diplômés des universités et écoles supérieures. Outre la dynamique territoriale au service du tissu social et économique, elle constitue aussi un nouvel atout d’image et d’attractivité externe pour notre Région.

 

Nuit des réseaux d’Aquitaine : libérons les énergies

Déjà la 6e édition de la Nuit des Réseaux d’Aquitaine ! Rendez-vous, le 7 mars au Palais des congrès de Bordeaux. Au programme des rencontres croisées, une table-ronde avec Marc Dugain, Jacques Huybrechts er Léa Thomassin sur le thème « Libérons les énergies ».

Les associations de communicants se fédèrent au niveau de la nouvelle Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes

Les associations et clubs de communicants des régions Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes créent une association fédérative baptisée RESEAUX COM’ 535 pour anticiper la création de la nouvelle région – fusion des trois régions actuelles – qui entrera en vigueur au 1er janvier 2016.

Que retenir de la campagne des régionales ?

En attendant des résultats qui seront peut être mémorables, cette campagne des élections régionales restera dans les annales pas sa faiblesse et son atonie. Evidemment les attentats du 13 novembre n’y sont pas pour rien. Pourtant, les communicants publics et politiques pourront quand même en retenir quelques enseignements.  Une étude de Harris Interactive présentée cette semaine montre que les outils digitaux talonnent désormais les supports traditionnels : 45 % des Français déclarent avoir lu des articles sur internet à propos des régionales, presque autant que la presse régionale (47 %) et un peu plus que la presse nationale (41 %). Plus marquant encore, 23 % des Français ont « lu des informations sur les réseaux sociaux », à peine moins finalement que ceux qui ont regardé des débats sur les télévisions locales (30 %).

 

 

Les Français multiplient les supports pour s’informer sur la vie locale

Edition 2015 du baromètre

Edition 2015 du baromètre

La dernière livraison du baromètre de la communication locale Epiceum – Harris interactive est riche de nombreux enseignements. On peut d’abord en retenir que la professionnalisation des services de communication dans les collectivités – et tout particulièrement dans les mairies – porte ses fruits. Parmi les 17 moyens « pour s’informer sur la vie locale » (supports papier ou digitaux, contacts

directs, événements, médias…), le plus utilisé et apprécié reste le bulletin municipal (79 %) ; relativisons quand même cet auto-satisfecit de communicant public en notant que près de 40 % des moins de 25 ans ne le lisent pas. L’établissement et l’animation du lien avec eux s’effectuera sans doute par le biais du digital qui poursuit sa montée en puissance à travers sites internet et applis ; mais là aussi les services de communication des collectivités locales y trouveront–ils matière à valoriser leur travail puisqu’on remarque une sensible prime de confiance (+ 10 points en moyenne) aux supports « officiels » émanant des collectivités.

Cap sur la COP21 avec l’Université d’été de la communication pour le développement durable

 

Cap sur la COP21

Cap sur la COP21

Le 9 juin 2015, nous avons réuni à la Maison écocitoyenne de Bordeaux les acteurs et partenaires de l’Université d’été de la communication pour le développement durable pour une présentation par Gilles Berhault, délégué général de ACIDD et président du Comité21, du programme de la 13e édition. Elle se tiendra à Bordeaux, pour la 4e fois, et dans un format inédit : nouveau lieu (Marché des Douves), nouvelles dates (retour en août : 25 & 26) et, surtout, nouveau déroulement (1re journée en séminaire, 2e journée ouverte gratuitement à tous), dans la perspective de la COP21.

Rendez-vous à Toulouse avec les communicants territoriaux

C’est un beau défi, passionnant et mobilisateur qui se présente aux communicants publics en général et territoriaux en particulier. Les collectivités publiques, mais aussi les établissements qui en dépendent ou les regroupent (les fameuses intercommunalités), ont devant elles une mutation d’une ampleur sans rarement vue. Or notre système est peu habitué aux (r)évolutions depuis … la Révolution ; plus sérieusement, le chantier est sans doute aussi important que la refonte de l’administration et de l’action publique menée dans les années 50/60. C’est un enjeu à la fois d’efficacité, de crédibilité et aussi de productivité (n’ayons pas peur des mots) des services publics.

Anglicismes : entre ridicule et démission

Parole Publique n° 8, mars 2015

Article paru dans le numéro 8 de Parole Publique, revue de la communication publique, mars 2015. 

Dernièrement, un courriel m’invitait à donner mon avis sur la gamification des territoires. J’avoue avoir eu besoin de quelques secondes pour comprendre de quoi il était question. Dans nos métiers, de workshop en naming, le ridicule le dispute parfois au snobisme. Si, avec ces anglicismes, on croit utiliser des mots compris de tous, on se trompe. Si on parle ainsi d’un territoire dont ce n’est pas la langue, on le trahit. Et lorsqu’on prétend que ces notions n’existeraient pas en français, c’est une absence de culture ou d’imagination qu’on révèle.

Vingt ans après la loi Toubon (loi nº 94-665 du 4 août 1994 relative à l’emploi de la langue française), la défense de la langue française est plus que jamais un combat. Ce combat est non seulement d’avant-garde et ouvert sur le monde mais il devrait être à l’honneur des communicants de le mener, tout particulièrement parmi ceux qui servent la cause publique.